culottes-menstruelles-thinx-avis

Culottes menstruelles : Mon avis, 1 an après

7 juin 2020 No Comments

, Et si on parlait des règles « zéro déchet » et plus particulièrement des culottes menstruelles aujourd’hui ? On en entend de plus en plus parler et pour cause, elle a bien des avantages ! Mais lesquels sont-ils concrètement ? Avant de rentrer dans le vive du sujet, quelques petits chiffres s’imposent…

Les chiffres sur nos règles

En effet, savais-tu qu’une protection hygiénique met entre 500 et 800 ans pour se décomposer ? Que chaque femme jette environ 10 000 protections hygiénique au cours de sa vie ? Bien que certaines n’y aient pas accès, imagines-tu le nombre total de déchet que cela génère en tout ? Ça a de quoi donner le vertige ! Outre l’impact écologique, sais-tu qu’une femme dépense en moyenne 23 500€ durant sa vie à cause des règles ? (cela comprend les protections hygiéniques, mais pas que : les snacks, les sacro-saint anti-douleurs, mais aussi les nouveaux sous vêtement que l’on doit acheter suite aux fuites… Et pour certaines, je rajouterai même les draps (le drapeau du Japon #truestory). Tu peux aussi faire ton calcul : Voici cet article de la BBC qui calcule ce que tu aurais dépensé depuis le début de tes règles. Personnellement, en ayant eu mes règles à 12 ans, mes règles m’auraient coûté : 689€. D’après le site, au cours de ma vie, je dépenserais 1679€ rien que pour les protections hygiéniques ! Je dois avouer que je préférerai mettre cet argent ailleurs…

D’ailleurs, est-ce que tu savais qu’il existe des substances controversés dans celles-ci ? Ainsi, on retrouverait des pesticides, des phtalates… et même du glyphosate ! Autant écrire qu’on y retrouve des substances potentiellement cancérigènes ou encore des perturbateurs endocriniens… Mais rassurons-nous (c’est ironique) : Apparemment, les marques n’auraient pas ajouté intentionnellement ces substances, sauf pour la substance parfumante qui est serait un perturbateur endocrinien potentiel. D’autres substances ont pour but de « blanchir » (parce que tu comprends, vendre des protections hygiéniques c’est pas hyper glamour, mais si en plus, elles sont couleur marronnasses…).

Enfin, comme tu peux le constater, ça fait un peu peur tout ça. Alors comment peut-on réduire l’impact écologique que cela génère ? Comment peut-on faire des économies ? La culotte menstruelle est l’une des solutions !

C’est quoi une culotte menstruelle ? (Culotte de règles)

culottes-de-regles-avis

Il s’agit d’une protection hygiénique lavable. La culotte possède une partie absorbante qui permet d’être protégée entre 4 et 12h. Ultra discrète, on oublierait même qu’on a une protection, tant celle-ci peut être confortable et on n’a pas de gêne contrairement à d’autres protections hygiéniques. Bien qu’elle puisse représenter un coût (une culotte est à une trentaine d’euros environ), elle est assez vite rentabilisée. Pour bien les laver, il faut dans un premier temps les rincer à l’eau froide puis les mettre en machine à basse température, sans adoucissant ! Pour le séchage, il vaut mieux les laisser sécher à l’air libre !

Les avantages de la culotte menstruelle

Les déchets en moins !

Contrairement aux protections classiques jetables, on génère ainsi beaucoup moins de déchet. La culotte menstruelle pouvant durer jusqu’à 7 ans, on est loin des 10 000 potentiels protections hygiéniques utilisées au cours d’une vie. Après, à voir ce que l’avenir nous réserve, mais quid de voir dans quelques année des culottes menstruelles « rechargeables » ? Pour encore moins de déchets ? Peut-être qu’en proposant une recharge pour la partie absorbante à coudre sur la culotte ou à boutonner, on pourrait allonger la durée de vie ? Ça pourrait être une idée ?

La rentabilité des culottes menstruelles

Ensuite, bien que les culottes ont un certain coût, celles-ci sont rapidement rentabilisées ! En effet, une femme a en moyenne ses règles durant 39 ans. Si les culottes ont une durée de vie de 7 ans et qu’on les utilise dès le début, alors il faudrait racheter environ 5 fois des culottes au cours de nos vies. En moyenne, avec 5/6 culottes, on peut aisément tenir pendant cette période (le temps que tu laves les premières et qu’elles sèchent, on est plutôt bon sur le roulement). Donc, sur ces 6 culottes que tu achèterais dès les premières règles (soit 32€ environ par culotte x6 = 192€). Puis au bout de 7 ans tu en rachète 6 et ainsi de suite jusqu’à la ménopause (environ 5 fois donc). Alors, on tombe sur ce calcul : 192€  x 5 = 960€. Résultat, tu dépenserais donc 1152€ (au lieu des environ 1700€ avec des protections hygiéniques) pour 36 culottes au cours de ta vie (au lieu des 10 000 protections hygiéniques). On gagne environ 500€ et un nombre considérable de déchets en moins !

L’alternative aux cups

Autre avantage : Enfin une alternative aux cups ! Pour celles qui ont du mal avec ce type de protections, on a enfin cette alternative de disponible !  J’avais vraiment été frustrée lors de leur sortie de ne pas voir d’autres types de protections un peu plus zéro déchet. Mais c’est désormais possible et c’est trop bien ! On en trouve de plusieurs formes, de plusieurs couleurs, pour différents flux… On a pas mal de choix !

Mon avis

Ça fait 1 an que je suis passée à la culotte menstruelle, pour réduire mes déchets. J’avais entendu parlé de la cup mais psychologiquement, ça ne passait pas (je n’utilisais pas de tampon non plus avant). Alors quand j’ai eu connaissance des culottes de règles, j’étais joie ! Enfin une alternative plus écolo que je pouvais faire facilement. Bien que j’ai commencé à utiliser les culottes menstruelles en week end au début afin de m’assurer de la protection, j’ai vite dit au revoir à mes serviettes hygiéniques. Il est clair qu’il faut connaitre son flux, le nombre de jours de règle pour avoir son petit stock et surtout les culottes menstruelles qui nous conviennent le mieux. Mais une fois cela fait, on a la petite satisfaction de se dire que même si cette période n’est pas une partie de plaisir, on respecte mieux Dame Nature !

Concernant les différentes marques, j’en ai testé 2 : Fempo et Thinx. Personnellement, je me sens mieux dans les secondes que dans les premières, qui taillent un peu petit. De plus, je préfère les modèles tailles hautes de Thinx qui sont très jolis et ne « coupent » pas le ventre. Niveau prix, les Thinx sont entre 32€ et 38€. On a une légère différence de prix pour les Fempo qui sont à 32€ ou 37€ selon les 3 modèles. Concernant leur tissu, ils sont tous certifié Oeko Tex Standard 100.

Je ne regrette absolument pas d’être passée aux culottes menstruelles et j’en suis d’autant plus contente lorsque j’ai découvert ces chiffres ahurissants pour faire cet article ! J’espère que cet article t’aura aidé dans tes démarches « zéro déchet » ! N’hésite pas à me dire en commentaire quelle type de protection tu utilises pour tes règles ? As-tu d’autres astuces pour réduire le coût des règles ? Qui a réussi à passer au Flux Instinctif Libre ?

culottes-menstruelles-culottes-périodiques-regles-zéro-déchet

Lots of love,

Salomé Blog beaute bio

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Birds and Butterfly

Pour une beauté green haute en couleur !

Salomé

Newsletter

×